Loup

Voici tous les clichés de loups que nous avons pu prendre depuis le début de nos projets d’observation. Comme vous le remarquerez, la majorité d’entre elles sont de piètre qualité et lointaines. Cela correspond bien à l’attitude très méfiante et craintive du loup envers l’homme.

Durant le premier projet (2003-2005), nous avons pu comptabiliser une centaine de rencontres, majoritairement avec des individus isolés. Ce n’est guère étonnant car le loup doit couvrir un vaste territoire, ce qui oblige la meute à se répartir les zones. Par trois fois, 7 loups ont été vus ensemble, et à plusieurs reprises, ils ont hurlé en groupe.

Le deuxième projet (2008-2010), situé dans la même région mais bien plus isolé, a été moins gratifiant en terme de quantité. 20 rencontres visuelles seulement pourrait-on dire, mais quelques magnifiques, avec la chance de croiser la route des louveteaux chaque été. Lors de ce second projet, l’ours a eu l’oscar du second rôle avec des moments mémorables avec les ours du camp de base.

Depuis le printemps 2018, nous proposons aux classes un projet éducatif et interactif basé sur le piégeage photographique sur le territoire d’une meute de loups. Ce projet s’appelle « La Grande Évasion ». Les 3 mois de mise en place nous ont offert 5 observations visuelles, en plus des nombreuses séquences captées par les pièges photographiques.

Le projet qui nous occupe actuellement se déroule dans le massif du Vercors. Et parce que le loup est menacé actuellement en France, je n’en dirais pas plus sur l’avancée de nos rencontres. Cependant, je peux déjà vous dire qu’il est plus facile de croiser un loup dans le fin fond du Canada que dans les Alpes.

Les commentaires sont clos.