Accueil > Sur le terrain > Les carnets de route > Vercors 2013 > Novembre 2013 - Installation et premiers pas

Novembre 2013 - Installation et premiers pas Novembre 2013 - Installation et premiers pas

lundi 9 décembre 2013 - Article publié sous Licence Art Libre.


Nous y voilà ! Le projet Vercors de l’association Peuple Loup a été long à se mettre en place, suite à une recherche de financement douloureuse, mais il est enfin sur les rails. Nous tenons d’ailleurs à remercier tous les contributeurs d’Ulule qui ont permis ce lancement :


Un grand merci à : Juliane, Drine, Isa_den, Annelisefleurette, Elodievieira5, Sebc1051, Christinegodin, Timberwolfcreativ, Mijchmu, Fredjoch, Moytura, Souhkman, Proxy42, Michel, Elisabeth, Meininger, Soww, Pacmiam, Bob-Lyr, Chriswolf, Vilaris, Loupirate, Shercojm, Pingax, Lauralafont26, Alain, Ev_lyn et Alain !


C’est donc le 9 novembre 2013 que je suis arrivé dans la zone. La plupart du matériel nécessaire à été envoyé par la poste, alors que j’ai fais le trajet en compagnie d’Anne de l’ASPAS qui revenait d’un festival à Ménigoute. La première étape fut de récupérer le fourgon aménagé, qui servira de camp de base pour tout le projet. Celui ci était au bon soin de Mille-Traces non loin de la destination finale.

Chez Mille-Traces


La « destination », c’est à dire l’emplacement du camping-car, ne sera pas révélée sur ce site. Ce sera également le cas des informations sensibles que je pourrais trouver lors du projet (localisation précise des indices de présence notamment). Cette décision a pour but de protéger, non pas notre projet, mais le loup et les personnes qui nous aident, dans une région où la tension est majeure au sujet du loup. Toute information pouvant être utilisée à des fins destructives n’a pas sa place sur Internet. C’est pourquoi chaque publication sur le site sera validée par l’association Mille-Traces, référente depuis de nombreuses années dans la protection du loup dans le Vercors.

Patures près de St Martin en Vercors


Après cette précision importante, revenons en à notre installation. La chance que j’ai eu est que la première neige a été plutôt tardive, ce qui a grandement facilité l’installation du camping-car et les premières mises en jambes. Car oui, il faut se refaire les jambes ! Après plus d’un an d’inactivité (les tournées scolaires ont été interrompues depuis la fin de l’année scolaire 2012 pour réserver le budget de l’association pour ce projet), la forme physique n’est pas au top et les premières marches dans le massif vont me le faire ressentir assez vite.

La draille aux moutons la veille de la neige


Durant ces 3 premières semaines, j’ai pu me faire les jambes autour du fourgon et découvrir un peu mon environnement proche, dans un contexte hors neige. J’ai découvert une région où le brouillard est fréquent, les zones boisées et les sentiers sont nombreux (forestiers ou sentiers de randonnée).

Vue de la vallée de la Chapelle en Vercors depuis le col de Carri


J’ai pu également me rendre compte de l’inconvénient majeur de mon organisation lors de ma première sortie sur plusieurs jours, dans la zone d’observation cette fois. Je suis très excentré et l’accès à la zone qui m’intéresse demande du temps et de l’énergie. Cela va donc fortement influé sur ma façon d’aborder les sessions d’observations.


Vous devez savoir en effet que tous les projets de terrain que nous menons ont une démarche commune : une présence permanente et mobile sur le territoire d’une meute de loups. Alors qu’au Québec le camp de base était dans ce territoire, il n’était pas contre productif de rester plus ou moins longtemps au camp, car la présence continuait de s’afficher. Ce n’est pas le cas ici et je dois donc mettre en place une routine de vadrouilles plus longues, pour assoir ma présence mobile sur le territoire.

Premier bivouac du projet


Les sessions de 4 jours sont donc à exclure. En comptant le temps d’accès et de retour, le temps de traitement des données et de récupération, je ne pourrai passer assez de temps sur le terrain par rapport au temps hors terrain : la démarche principale du projet ne fonctionne plus !

Seul à la pelouse


Je suis donc en train de mettre en place une tournée plus longue, en me créant des zones internes et une logistique adaptée pour pouvoir faire des sessions de trois semaines sur le terrain sans interruption, ce qui me permettrai de respecter la présence « quasi » permanente.qui m’est si chère. Alors bien sur, ce n’est pas le plus évident et la dernière sortie réalisée a été faite dans le but de valider cette option. J’ai du interrompre la vadrouille après 6 jours seulement à cause d’un problème de gaz (celui du réchaud, les miens vont bien, merci) mais le concept est viable et je serai capable de rester de 15 jours à 3 semaines dehors, suivant les conditions et aléas bien sur et aussi à la résistance de mon matériel à être démonté et remonté chaque soir.

Bivouac discret


Durant les deux sessions faites ce mois ci, j’ai pu découvrir pas mal de traces des proies du loup : cerf, chevreuil, lièvre. J’ai suivi également beaucoup de renards, qui passent beaucoup de temps à muloter apparemment à voir les trous qu’ils laissent dans la neige. J’ai également pu constater que pas mal de chiens fréquentent la région. Accompagnés de leur maitre parfois, divaguants et chasseurs parfois aussi. Ce constat va amener beaucoup de doutes sur l’origine des pistes et empreintes de canidés que j’ai pu trouver lors des sessions et à ce jour, je n’ai constaté aucune piste « à forte probabilité lupine ». Il faut rappeler qu’il est très difficile dans la pratique de différencier les traces de loup du chien (à taille équivalente). Selon l’environnement, les indices indirects et une pratique active sur le terrain, on peut arriver à se faire une opinion plus ou moins sûre (d’ou le terme de probabilité accompagné d’un pourcentage ou d’un adjectif (forte, faible), que vous verrez certainement souvent dans mes articles).

Empreintes de canidé


Voilà pour ce premier résumé du premier mois de terrain. Je m’excuse pour son coté surement un peu rébarbatif et austère mais il faut bien se mettre en place et préciser des points un peu techniques. J’espère bien vous proposer des résumés plus vivants et concrèts très bientôt !


D’ici là, je vous mets quelques photos prises durant ce premier mois de terrain et vous invite à visiter notre galerie Flickr pour en voir un peu plus et dans un format plus confortable.


Bon mois de décembre à vous tous et bonnes fêtes si l’on ne se lit pas avant !

Vue sur les hauts plateaux depuis St Agnan en Vercors

Relief chaotique

Des fruits résistants - Églantier des chiens



Voir en ligne : Galerie de novembre 2013

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Soutenir par un don