L’été semble enfin là

On l’attendait avec impatience depuis quelques semaines ici : le soleil est enfin revenu de ses congés et nous avons pu avoir enfin plusieurs jours de beau ! C’est tout de suite plus sympa pour continuer d’explorer le secteur, et  certains coins ne sont vraiment pas fait pour être fréquentés lorsque tout est mouillé. En effet, le massif du Vercors est très rocailleux, piégeux par endroits et autant les roches peuvent aider à prendre appui par temps sec, autant elles deviennent dangereuses lorsque glissantes.

Lit d'un ruisseau

J’ai partagé cette vadrouille en deux secteurs bien différents. Le premier, je le connais bien et il offre de belles rencontres avec mes amies les biches. Elles sont à présent accompagnées de leur faon et entament la saison cool. Le second est bien moins « attrayant » niveau faune, mais c’est une zone que j’affectionne particulièrement. Deux coins vraiment différents qui permettent de voir la diversité assez surprenante du plateau. Deux coins qui ont comme point commun d’être parfois visité par le loup 😉 (mais ce coup ci, pas d’indices de trouvés, malgré le sol humide).

On avance en sous bois

Voici une sélection des photos prises cette semaine. 3 séquences vidéos ont été prises lors d’une rencontre avec une biche et son faon, alors que je prenais une pause sous un arbre. Chanceux, je n’ai pas été repéré et j’ai pu être le témoin de ce moment serein. D’autres photos vous attendent sur notre galerie Flickr.


Une biche et son petit passent non loin de moi par peupleloup

P1010297.RW2

I will be back

Un voisin de ma caravane

Pour conclure, je tiens à vous remercier pour vos retours positifs concernant notre nouveau site web. Il n’est pas terminé, même si la forme restera telle qu’elle est. Mais, au fil du temps, nous allons intégrer les données recueillies lors des projets (les rencontres avec les ours, la découverte de zones importantes) afin de vous proposer un contenu complet.

 

Un Commentaire

  1. Magnifiques photos. M’a rappelé tous les moments magiques lorsqu’une biche (appelée “chèvre” par certains chasseurs de Dordogne) et son petit passaient à 1m de ma fenêtre ouverte coupant consciencieusement toutes les pousses de mes fleurs (ce qui me faisait bien rire … en silence!) sans compter tous les chevreuils, les renards et même des sangliers (très rare, car extrêmement vigilants et intelligents) vus dans les bois derrière mon ancienne maison (dans une clairière en plein bois). Et aussi lorsque j’ai porté dans mes bras un petit chevreuil malade, l’ai installé dans une cabane sur tous les vieux vêtements trouvés) avec une bassine d’eau et juste dehors suffisamment d’herbe. Parti lorsqu’il s’est senti mieux … Il venait tous les soirs à la même heure pour une rencontre: me laissait toucher ses naseaux (je l’avais beaucoup caressé, donc connaissait mon odeur) et je lui parlais alors que le crépuscule finissait de se transformer en nuit. Il fallait que je me relève (étais accroupie) pour qu’il parte. La chasse s’est ouverte … plus jamais revu!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Dernières photos publiées sur Flickr